Montreal Christian Thinker

SARS-CoV-2 and surfaces – SRAS-CoV-2 et les surfaces

English

In the scientific literature, in interviews with aerosol specialists (e.g., Dr. Jose-Luis Jimenez), virologists (e.g., Dr. Vincent Racaniello), and epidemiologists (e.g., Dr. Michael T. Osterholm), and on the CDC and WHO websites, the probabilities and the cases of SARS-CoV-2 transmission are primarily situated in the context of aerosols (and so masking) and not in the context of surfaces (disinfecting surfaces). I am not suggesting that we should not disinfect surfaces! However, there is an enormous problem that occurs when certain people put too much emphasis on the disinfection of surfaces, but are not careful on wearing masks appropriately (nose and mouth, and not only the mouth). I do not mind if someone, in actuality, does the contrary; but such individual who does the contrary should be careful not to criticize others concerning surfaces if this same individual practices the contrary in relation to what makes most sense on masking (i.e., in order to avoid aerosols and droplets) at the right time (low risk vs high risk), in the right environment (indoors vs outdoors), and for good reasons (crossing people in the hallways vs spending more than 10-15 minutes with a group of people in a closed room).

Français

Dans la littérature scientifique, dans les entrevues avec les spécialistes en aérosols (e.g., Dr. Jose-Luis Jimenez), les virologistes (e.g., Dr. Vincent Racaniello) et les épidémiologistes (e.g., Dr. Michael T. Osterholm) et sur le site du CDC et WHO, les probabilités et les cas de transmission du SRAS-CoV-2 se cadrent principalement par les aérosols (alors le port du masque) et non les surfaces (désinfecter les surfaces). Je ne suggère pas qu’il ne faut pas désinfecter les surfaces ! Par contre, un grave problème survient quand certaines personnes mettent trop d’accent sur la désinfection des surfaces, mais ne font pas attention au bon port du masque (nez et bouche, et non seulement la bouche). Il ne me dérange pas si quelqu’un, en réalité, fait le contraire ; mais il faut que telle personne qui fait le contraire fasse attention à ne pas critiquer les autres par rapport aux surfaces si cette même personne fait le contraire du bon sens en relation au port du masque (i.e., afin d’éviter les aérosols et les goulettes) au bon moment (faibles risques vs grands risques), au bon endroit (en dedans vs dehors) et pour de bonnes raisons (croiser des gens dans les couloirs vs passer plus de dix-quinze minutes avec un groupe dans une pièce fermée).